Crise Lybie/Cestari:"Licenciements et caisse integration: déjà perdu des milliers d'emplois "

09 Mai 2011
PDFImprimerEnvoyer

ROME, 7 MAI 2011 - Trois mois après le début des hostilités "s'élève à plusieurs milliers le nombre de travailleurs licenciés ou mis en caisse intégration", a déclaré  l’Ing. Alfredo Cestari, président de la Chambre de commerce ItalAfrica Centrale-Unioncamere. "Parmi les conséquences de la guerre on  ne doit pas oublier la crise dramatique qui tend à s'estomper, avec quelque grande entreprise, et la quasi-totalité des PME italiennes, qui jusqu'au 2010 étaient engagés en permanence avec la Libye, soit directement, soit dans des activités connexes. Dans de nombreux cas l'acquisition de contrats en Libye  permettait de tenir en vie la société en Italie.

Il ya aussi des cas d'entrepreneurs qui ont déménagé dans quelle nation de l'activité principale de leurs entreprises  en portant à Tripoli également un grand nombre d'ingénieurs et de personnel qualifié.  Emplois  perdus  qui ne guérissent pas. Les dernières estimations mensuelles de la Chambre de commerce ItalAfrica Centrale confirment que, au total, seulement le 30% des emplois a été sauvé grâce à la conversion et la réutilisation du personnel dans les autres secteurs d'activité.


Dans le 70% on a procédé avec la caisse intégration tandis que, dès le début de la crise et de l'abandon du marché par des entreprises italiennes, il ya eu des cas de licenciement du personnel des entreprises engagées dans des activités connexes. " Chiffres susceptibles de se développer: «Avec le bombardement de sites pour l'extraction du pétrole par  les avions de Kadhafi sera presque impossible pour ENI, reprendre l'approvisionnement après la guerre (et avec contrats respectés)."


Commandes et pertes d'emplois. Cestari a  peu  doutes: «Qui connait  l'Afrique sait que, avec les bombardiers, la France fait voler  les avions diplomatiques. Je ne m’étonne pas que alors que  tandis que à Rome notre gouvernement se passionnait  avec les histoires des représentants de la CNT, avec les rebelles à Benghazi, les ministres français ont signé des accords pour garantir dans le post-Kadhafi ,la poursuite des contrats pour les grandes commande en place ( es. avec Alcatel pour 60 millions de dollars, et environ trois milliards avec Airbus) et  pour assurer garantir les entreprises  du tissu  publique et privé au cours de la reconstruction future.


De même, aux  entrepreneurs italiens peut plaire croire que, comparativement aux  250 milions  de dollars garantis aux rebelles, au cours des nombreux contacts entre le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères et les représentants du gouvernement libyen de la transition a été signé un autre document  pour la garantie de nos investissements (publiques et privés) nationuxl. Si tel était le cas, pourquoi que le gouvernement n’a été pas obligé  d'informer, en rassurant les marchés? À ce jour, nos entrepreneurs ont compris que céderont la place à d'autres. "


Rapport ICE à la main, Cestari rappelle: «Les grandes entreprises italiennes en Libye, opéraient en particulier dans les secteurs du pétrole et du gaz (Eni, Snam Progetti, Edison, Tecnimont, Saipem), la construction et travaux de génie civil (Impregilo et Bonatti, puis Garboli- Conicos, Maltauro, Enterprise), de l'ingénierie (Techint et Technip), des transports (Iveco, Calabrese, Tarros, Messina Groupe, Grimaldi, Alitalia), des télécommunications (Telecom Sirti et l'Italie), des aliments pour animaux (Martini Silos et Mangimi ); de la  mécanique industrielle(Technofrigo- systèmes de réfrigération et OCRIM - moulins) ;des centrales thermiques (Enel Power) des plantes (Tecnimont, Techint, Snam Progetti, Edison, Ava, Cosmi, Chimec, Technip, Gemmo). Il ya aussi Telecom, Prismian Cables(anciennement Pirelli Câbles). Ajoutez à cela une centaine de PME qui  «in» et «avec» la Libye travaillaient  en manière stable et principale. En absolu le volume d'affaires qui a été interrompu a largement franchi le toit de la 100 milliards d'euros.  Un dégât pour tout le système italien."

AngolaBeninBurundiCameroonGabonKenyaMalawimonzambicoNamibiaCentral-African-RepublicCongo-BrazzavillecongoRwandaSao-Tome-&-PrincipeSudanTanzaniaUgandaZambiaZimbabwe

Registrazione

Il successo del nostro portale ha reso necessaria la creazione di uno spazio risevato ai nostri utenti. Da oggi registrandosi riceverete gratuitamente:

Log in e Password per accedere all'area riservata in piena sicurezza;
News Letter, per ricevere nella casella di posta le notizie più importanti, gli appuntamenti con ItalAfrica, gli Eventi che caratterizzano la nostra attività;
Magazine, per scaricare il periodico di Italafrica;
Faq per domande per chiarimenti generali;
Info e Supporto, per parlare con gli operatori di ItalAfrica centrale.

Registrazione gratuita      e mail2 

Area Utente

Iscriviti alla NewsLetter

Iscriviti alla NewsLetter per rimanere sempre aggiornato sulle ultime notizie dall'Africa
Inserisci la mail di iscrizione per cancellarti dalla Newsletter

We use cookies to improve our website and your experience when using it. Cookies used for the essential operation of the site have already been set. To find out more about the cookies we use and how to delete them, see our privacy policy.

I accept cookies from this site.

EU Cookie Directive Module Information