xpornplease.com pornjk.com porncuze.com

Rep.Democratique du Congo Economie

27 Janvier 2010
PDFImprimerEnvoyer
Rep. Dem. Congo Home Page
Economia
Politica
Approfondimenti
Notizie Utili

CADRE MACRO-ÉCONOMIQUE
La République démocratique du Congo est le troisième plus grand pays d'Afrique par sa population, riche en ressources naturelles, forestières et minières.

Le pays est le troisième producteur mondial de diamants en volume, mais pas en valeur, puisque la plupart de la production est à usage industriel au lieu du champ de bijoux.

A la deuxième forêt tropicale du monde, avec des terres fertiles amples et vastes ressources en eau.

Toujours le secteur minier, largement diversifiée (cuivre, cobalt, diamants, or, zinc et autres métaux de base) et l'extraction du pétrole contribuent de manière significative à la formation du PIB.

Malgré l'abondance des ressources naturelles, l'économie formelle du pays est tout à fait littéralement effondrée dans les dernières décennies, en raison de la mauvaise gestion et vivaces conflits civils.

L'impact de la longue guerre civile a été désastreuse, avec des effets particulièrement néfastes sur la destruction des infrastructures physiques et l'affaiblissement des institutions du marché, avec une perte totale des actifs détenus par les particuliers et les entreprises.

L'économie, la deuxième plus industrialisés du continent après l'Afrique du Sud, a subi un processus de transformation profonde avec entraîné une chute des exportations et des activités à valeur ajoutée.

Les années nonante ont mis en place un effondrement économique du pays en raison de mauvaises politiques macroéconomiques, l'instabilité politique et les guerres qui ont conduit à l'approvisionnement des chocs.
Le pouvoir d'achat et le revenu disponible des familles, ont été considérablement érodé à la suite de l'hyperinflation, alors qu'il ya eu un fort développement de l'économie informelle.

Depuis 2002, l'économie congolaise a connu une reprise, grâce aux effets apaisants produite par l'adoption de politiques macro-économiques prudentes qui sont le renforcement de la discipline budgétaire et monétaire, les infrastructures physiques et institutionnelles et la capacité de gestion des ressources financières publiques à la Afin d'ancrer fermement le processus de développement.

Agriculture, sylviculture, élevage et pêche, est le secteur principal de l'économie de la RDC.

Il compte pour 40% du PIB et emploie environ 75% de la population active. Formé d'un grand potentiel pour le développement.

Principales cultures commerciales sont le cacao, le café, le coton, l'huile de palme, le thé, le caoutchouc, le sucre et l'écorce de quinquina, tandis que la production de denrées alimentaires principales sont constituées de maïs, riz, pommes de terre et les noix de cajou. Après la crise aiguë qui a pendant des années de guerre civile, il ya des signes naissants de la reprise économique dans le secteur agricole.

Le secteur minier est un autre moteur économique du pays, mais jusqu'à présent, pour un certain nombre de problèmes structurels, sa performance a été inférieure au potentiel.

La RDC dispose d'une dotation importante des ressources minérales: le cuivre, le cobalt, le colombo-tantalite, diamants, or, zinc, uranium, étain, argent, charbon, manganèse, tungstène, du cadmium et du pétrole brut.

Politiques de nationalisation, combinée à une pénurie d'investissements publics et privés, a conduit à la production diminue grandement au cours des vingt dernières années.

L'industrie a récemment fait l'objet d'un flux croissant d'investissements étrangers, notamment dans la prospection et la production de métaux de base (principalement du cuivre, du cobalt et du zinc) et l'industrie du diamant, un facteur qui a encouragé l'accélération de la production .

Ces investissements étrangers dans le secteur ont également été stimulés s'écoule depuis le nouveau code minier, qui garantit les droits des investisseurs en introduisant un registre des permis d'exploitation minière et la présence d'une agence, employés de la certification des diamants.

Les comptes des secteurs de fabrication de 5% du PIB à l'éducation, a comme principal secteur de la transformation des aliments, même s'il existe une production limitée de produits industriels, principalement l'acier, les produits chimiques, matériaux de construction, les textiles et l'industrie légère.

Le secteur de la construction, qui représente le 7% du PIB enregistré des taux de croissance moyen de 5% par an à travers le développement des infrastructures.

Le transport et les télécommunications est d'environ 6% du PIB et représente un autre facteur de croissance important dans l'économie, surtout en ce qui concerne la croissance de la demande de services téléphoniques cellulaires.

Au début de 2009, les conditions économiques du pays se sont détériorées.

La chute continue du prix des principales matières premières exportées du pays a conduit à une diminution des exportations, des investissements étrangers et les termes de l'échange.

Les effets de cette situation a eu des effets négatifs sur l'ensemble de l'économie, conduisant à une réduction significative de l'activité économique, hausse du chômage et une détérioration significative dans le budget et la balance des paiements, la réduction des réserves et des pressions sur le taux de change qui exigeait un appui approprié monétaires restrictives et des mesures fiscales et financières du FMI.

Malgré la réduction des prix mondiaux des matières premières, il ya eu une recrudescence sensible des tensions inflationnistes, induites essentiellement par la dépréciation de la monnaie, combinée avec une activité économique faible et les exportations ont connu une augmentation considérable du coût des importations.

En conséquence des déséquilibres macroéconomiques qui ont été, le FMI est intervenu, qui permet au gouvernement versera environ 200 millions de dollars, en vertu de la facilité contre les chocs exogènes, un outil créé récemment pour faire face à des situations exceptionnelles d'urgence résultant de la crise économique et les affaires financières.

Du point de vue de l'économie réelle, probablement le domaine principal, qui nous l'espérons, servir de force motrice pour la reprise économique en 2010 est l'agriculture que les secteurs de la construction et l'exploitation minière des matières premières de récupération même lente.

La République démocratique du Congo a toujours été à un’ économie orientée à l'exportation, fortement tributaire des produits primaires. Les diamants ont remplacé le cuivre et le cobalt comme élément principal des exportations.



OPPORTUNITÉS POUR LES ENTREPRISES ITALIENNES
L'offre italienne, tant dans le domaine des biens de consommation que les biens d'équipement, a
excellente qualité d'image pour les consommateurs et les entrepreneurs de la RDC.

En parallèle avec la situation économique qui s'améliore et l'afflux constant d'investissements et de ressources financières provenant de l'étranger, la demande de marchandises italiennes congolais pourrait sensiblement augmenter dans les années à venir.

En particulier, inclure les secteurs de production suivants qui semblent offrir les meilleures chances de pénétrer dans l'équipement commercial pour l'industrie minière, les équipements et matériaux de construction, machines agricoles et forestières, des conserves alimentaires, du transport et de véhicules utilitaires, les produits chimiques et les produits pharmaceutiques, équipements de télécommunication et de matériel informatique et de pièces détachées, d'équipements pour la réfrigération, les climatiseurs, équipements de production et de distribution d'électricité, les hôpitaux médicaux.

Stade actuel des progrès est essentiel d'infrastructures et de fabrication, les entreprises les plus importantes dans notre pays pourrait servir de force motrice pour l'ouverture du champ à une internationalisation souhaitable dans ces domaines.

En plus de l'constamment exprimées par l'Italie, afin d'examiner les possibilités de projet de technologie de la coopération pour le plus grand barrage d'Inga sur le fleuve Congo pourrait être exploré des possibilités de coopération en matière de défense et de surveillance de la zone de protection de l'environnement et la recherche pharmaceutique les cosmétiques, mais aussi dans le domaine de l'exploration fervente, extraction et traitement des minéraux.

INDUSTRIE
L'industrie est monopolisé par la transformation dans l'industrie minière: le pétrole, le ciment et l'acide sulfurique.

Il y a aussi des manufactures de tabac, pour l'alimentation, de la bière, les chaussures, les textiles. L'industrie emploie 13% de la population active, fournissant le 25,3% du PIB annuel.



RESSOURCES MINIERES
La richesse du pays est basée principalement sur les ressources minérales, notamment le cobalt et les diamants (industriel), de cuivre et de ferraille, de l'uranium, étain, or, argent, zinc, manganèse, tungstène et le cadmium.



Secteurs en excapD'affaires en plein essor
Le secteur minier en République démocratique du Congo est riche d'une gamme très variée de minéraux et offre d'énormes opportunités pour les investisseurs.

Le sous-sol est riche en:

Minéraux
- Diamants: concentrée dans les régions du Kasaï Oriental, Kasaï Occidental,
   Bandundu, Equateur, Province Orientale.
- Or dans les provinces de Maniema, le Katanga, le Bas-Congo, le Nord-Kivu, Sud-Kivu, Equateur.
- Cuivre: Katanga.
- Tin: Nord-Kivu, Sud Kivu, Maniema.
- Tantalum Columbus Nord-Kivu, Sud Kivu, Katanga, Maniema.
- Bauxite: Bas-Congo.
- Fer: Banali, au Katanga, du Kasaï Oriental Luebo.
- Manganèse: Katanga, le Bas-Congo.
- Charbon: Katanga.
- Cobalt: Katanga.

HYDROCARBURES
- Pétrole: captage Moanda (Bas-Congo), la Cuvette centrale, en Ituri, Bandundu.
- Gaz naturel: le lac Kivu.
- Production de bitume routier et du Bas-Congo Province Orientale.
- Exploitation des gisements de la province Orientale (Ituri).



FORÊTS
45% de la forêt tropicale africaine appartient à la République démocratique du Congo que cela entraîne des investissements plus élevés dans ce secteur et celles liées à la transformation du bois est principalement destiné à «l'exportation.

Ces activités incluent:
- Production et Transport de grumes: Equateur, Province Orientale, Kasaï Occidental,
  Mayombe dans le Bandundu et du Bas Congo.
- Transformation du bois à l'échelle industrielle: Kinshasa, Kisangani, Kananga.
- L'exploitation de l'hévéa: Equateur, du Bandundu, du Bas Congo.
- La production des médicaments: le quinquina du Kivu.
- Production de papier de cellulose: Kinshasa.

Les types de bois dans la forêt sont les suivants: Afrormosia, ébène, wenge, iroko, sapelli, sipo, Tiama, Tola, Kambala, Lifaki.

 

AGRICULTURE
L'éco-climatiques sont très favorables, en dépit de cela, seulement 15 - 20% des terres sont exploitées.

 

ÉLEVAGE ET PÊCHE
Les principales activités comprennent:
- Elevage: Katanga, Kivu, Province Orientale, Bass - Congo. La capacité est de 30 millions de têtes de bétail, mais ce domaine n'a jamais dépassé 1,5 millions d'euros.
- Elevage de porcs et de volaille: il ya autour des grands centres urbains d'une infrastructure moderne capable de soulever 5 millions par an d'ici 5000 dans les volailles et les porcs.
- Production de lait: Katanga, Kivu, Province Orientale, Bas-Congo.
- Les porcs d'élevage pour la reproduction: Kinshasa.
- Pêche. Pratiquée dans les lacs, les rivières et la mer.

SECTEUR INDUSTRIEL
Fabrication
- Fabrication de produits alimentaires.
- L'industrie du tabac.
- Textile et cuir.
- Production de bois et de papier.
- Industrie chimique et fabrication de produits chimiques, produits pétroliers, produits en caoutchouc et en plastique.
- Production de matériaux de construction.
- Production de ciment.

MÉTAUX DE BASE
- Construction d'entreprises sidérurgiques.
- Production et transformation des métaux non ferreux.
- Production de produits métalliques.
- Fabrication de machines et d'équipement.
- Construction de véhicules automobiles.

SECTEURS DE L'ÉLECTRICITÉ ET DE L'EAU
Le flux du fleuve Congo,est le plus régulier et plus puissant du monde (40 m / sec) après l'Amazonie. L'énergie potentielle de l'ensemble de la RDC est estimée à 100.000 MW / heure (100 GW / h), dont 42% se concentrent sur le site d'Inga.

Ici, on va expliquer en détail les possibilités d'investissement en cours:



ELECTRICITÉ
- Construction de l'énergie hydroélectrique Katende (Kananga) et le renforcement de la puissance hydroélectrique de Tshiala (Mbuji-Mayi).
- Réhabilitation et construction de lignes à haute tension:
- Réhabilitation de la ligne électrique Inga - Katanga.
- Construction d'une ligne électrique Inga-Angola-Namibie-Afrique du Sud.
- Construction d'une ligne électrique Inga-Nigeria.
- Construction d'une ligne électrique Inga-Egypte.
- Retrait de l'énergie Tshimbulu (Kasaï Occidental et du Kasaï Oriental).

EAU
- Améliorer la distribution d'eau potable dans tout le pays.
- Construction d'oléoducs: Project Congo relative à l'exploitation des zones désertiques de l'Afrique.

BANCAIRE
Le secteur bancaire congolais offre de nombreuses possibilités.

On peut facilement ouvrir des succursales bancaires dans le pays.

Le secteur des assurances reste faible, même si elle est utilisée ne doit pas sous-estimer les possibilités d'investissement.

SECTEUR DE L'INFRASTRUCTURE
Des excellents débouchés dans ce secteur peuvent être pris en considération par les investisseurs dans les secteurs suivants:
- Construction et / ou la réhabilitation des routes nationales.
- Interconnexion de North Street au sud de l'Ituri en RDC (Kalemie).
- Construction de routes reliant la région de l'Afrique centrale, Afrique orientale (COMESA) et de l'Afrique australe (SADC).
- La réhabilitation des réseaux ferroviaires existants: Ubundu-Kisangani, Kinshasa-Matadi, Sakanyi-Ilebo, Kamin-Kalemie, ferroviaire Uele.
- La construction du chemin de fer Ilebo-Kinshasa.
- La réhabilitation des ferries: Kindu, Kisangani, Ubundu.
- Travaux de dragage du fleuve Congo (Matadi - Océan Atlantique).
- Construction d'une voie ferrée entre mwen Ditu et Mbuji-Mayi.
- Construction d'un port en eau profonde à Banana (Bas-Congo).
- Construction d'un chemin de fer Banana-Matadi (Bas Congo).

TRANSPORT ET LES PORTS
Le secteur des transports connaît une croissance rapide en RDC, compte tenu de l'immensité du territoire, l'intensité des activités économiques et le grand nombre de personnes.

Les possibilités suivantes sont offertes aux investisseurs en matière de:
- Réhabilitation des aéroports de N'Djili, Lubumbashi et Kisangani.
- Création de sociétés de transport.
- Equipement et de la modernisation des ports: Matadi, Kinshasa, Ilebo, Mbandaka et Kisangani.
- Amélioration de la navigabilité des rivières principales avec le système de dragage et de marquage.

TELECOMMUNICATIONS
L'industrie des télécommunications est actuellement en plein essor.

Les entreprises opérant dans ce domaine a rapidement recueilli un grand succès et ont subitement été en mesure d'étendre leurs activités couvrant la quasi-totalité du territoire national.

Néanmoins, le secteur offre encore de bonnes opportunités d'investissement dans les domaines suivants:
- Installation d'émetteurs ondes courtes / récepteurs à couvrir l'ensemble du pays;
- Réhabilitation de OCPT câble de réseau;
- Distribution du câble réseau téléphonique à travers le pays.

SECTEUR DE LA CONSTRUCTION
Excellentes occasions sont également présents dans ce domaine, il nous faut une forte remise en état et la modernisation des installations existantes et la création de logements pour les touristes et nouveau domicile afin de répondre aux besoins d'une population croissante.

Plus précisément, les investisseurs sont invités à:

- La construction, réhabilitation et équipement des infrastructures de base (écoles, hôpitaux, immeubles à appartements), immeubles de bureaux et les bâtiments commerciaux (ICAC).
- Réhabilitation du Centre du Commerce international du Congo (ex SOZACOM), avec ses 22 étages;
- Construction de maisons à loyer réduit dans plusieurs villes: Kinshasa, Matadi, Bandundu, Kananga, Mbuji-Mayi, Mbandaka, Kisangani, Goma, Bukavu.

 

Loi sur l'investissement
La RDC a ces dernières années a lancé plusieurs initiatives visant à créer un climat propice à l'investissement, visant à créer le cadre juridique pour la réglementation de celle-ci, mis en œuvre avec l'adoption de: la loi sur les investissements «Code des Investissement (LN 004 / 2002 Février 21, 2002), le Code minier (LN 007/2002 du 11 Juillet 2002), le code forestier (LN 011/2002 du 29 août 2002) et le Code du travail (LN 015/2002 du 16 Octobre 2002) .

Créée par la loi n.4/2002 du 21/02/02, qui a introduit le code de l'investissement, Anapa et l'institution publique chargée de favoriser la RDC, d'approuver les projets de nouveaux investissements, à administrer les services mis à disposition fournir une gamme de services d'appui aux investisseurs et à supprimer les barrières administratives bureaucratiques qui entravent les ..

Pour obtenir Anapo approbation, dans un délai maximum de trente jours, devraient être créées cabinet d'avocats congolais qui fournit un investissement minimum de 200.000 dollars (10.000 dollars si elles sont des PME) et qui apporte une valeur ajoutée d'au moins 35% et ils s'engagent à respecter les normes environnementales et de former du personnel local pour les fonctions techniques associées à l'initiative et de leurs responsabilités.

L'approbation de l'initiative permet à la douane de caractères suivants et incitations fiscales:

- Exonération de droits d'importation sur les machines, équipements, matériaux et pièces de rechange jusqu'à un maximum de 10% de la valeur caf;
- Exonération d'impôt sur l'exportation de produits finis ou de parties de celle-ci;
- Exonération de l'impôt sur le revenu lié aux nouveaux investissements;
- Exonération des frais d'inscription fixée pour la création de nouvelles sociétés et la taxe ad valorem sur les sociétés à responsabilité limitée;
- Exonération de taxes foncières et des terrains pour le projet;
- Exonération de la TVA appliquée aux achats locaux de biens ou de services.

Pour les petites et moyennes entreprises, il ya des avantages supplémentaires:
- L'exonération totale des droits à l'importation pour les matériaux et équipements, y compris secondes
main, à l'exception des frais administratifs;
- Déduction fiscale pour les frais engagés pour la formation et le perfectionnement des
responsable de l'entreprise et son personnel, et les montants utilisés pour la protection
l'environnement
- Aptitude à effectuer un amortissement accéléré;
- Exonération de l'impôt sur les actes de constitution de sociétés et les coopératives et les droits de timbre.

Ces installations comprennent un délai varie selon la région du lieu de situation de l'investissement, dans les distributions économique et spatiale de trois paramètres:

- Trois ans pour la région A (Kinshasa)
- Quatre ans pour la région B (les provinces du Bas-Congo, Lubumbashi, Likasi et de la
Kolwezi)
- Cinq ans pour la région économique C (Bandundu, Equateur, Kasaï Occidental, de l'Est
Kasaï, du Maniema, du Nord Kivu, Sud Kivu, du Katanga et la Province orientale).

L'ANAPI a identifié les domaines suivants dans lesquels le gouvernement congolais est
essaie d'attirer les investisseurs potentiels:

- Exploitation minière: diamants, or, cuivre, étain, colombo-tantalite (coltan), la bauxite, le fer,
le manganèse, le charbon, le pétrole, le gaz naturel, le cobalt.
- Agriculture - Foresterie: les cultures et les fruits tropicaux, l'agriculture biologique,
production et le transport du bois et ses industries de transformation, la production de papier,
production de médicaments et des essences.
- Elevage: bovins, porcins et ovins et de chèvres laitières.
- Pêche: la rivière et mer.
- Industrie: la production alimentaire, du textile, du cuir, produits chimiques, caoutchouc et des plastiques, du ciment.
- Services financiers: services bancaires et d'assurance.
- Les sites touristiques Tourisme: direction de l'hôtel, et créer de nouveaux.
- Transports: la réhabilitation des principaux aéroports (Ndjili, Lubumbashi et Kisangani)
création d'entreprises de transport, la modernisation des ports (Matadi, Ilebo, Mbandaka et
Kisangani), port de mer de la construction Banana, chemin de fer Matadi-construction
Banana.
- Electricité: réhabilitation de la centrale hydroélectrique d'Inga sur le fleuve Congo, la réhabilitation
la ligne du système de distribution électrique.
- Infrastructure: construction et réhabilitation des principales routes nationales, la réhabilitation
réseaux ferroviaires, le dragage du fleuve Congo.
- Télécommunications: Une mise en réseau de câblage en fibre optique de réhabilitation ligne
de téléphonie fixe.
- Bâtiments: construction et réhabilitation d'écoles, les hôpitaux, les bâtiments.

Les principaux problèmes associés aux investissements directs étrangers dans le pays à partir de souches
l'absence de certitude dans le système réglementaire et fiscal, la complexité des pratiques juridiques et
administratives, souvent appliquée de façon inégale et discrétionnaire.

Il ya une économie à un secteur informel, avec les opérations de camouflage par la collusion avec des fonctionnaires corrompus et phénomène largement répandu de la fraude fiscale et la fraude fiscale et la législation d'évitement.

Toute entreprise qui est aussi proche de la réalité en RDC est confrontée avec le contraste saisissant entre le potentiel énorme du pays et l'échec lourd dans la présence de solides institutions de gouvernance économique et de pratiques commerciales vertueuses, nécessaires pour transformer ce potentiel en débouchés concrets.

C'est possible d'inspecter le code de l'investissement complet en cliquant ici ....


SYSTEME FISCAL CONGOLAIS
Le système fiscal congolais comprend les types suivants d'impôts:

- Impôts directs

- Impôts indirects

- Frais administratifs et assimilés

- Taxe sur les prélèvements
 

 

Au sein de l'impôt direct sont:

- Impôts réel: c'est à dire ceux sur les véhicules, les taxes foncières et des concessions connexes dans ses quartiers urbains, y compris les taxes sur le pétrole et les concessions minières.

 
- Coupon de taxation: influe sur le revenu, qui à leur tour, sont divisés en une taxe sur les propriétés des revenus de location et de concessions imposées aux locataires et aux impôts sur les revenus de biens mobiliers concernant les dividendes et autres revenus du capital investi par la propriété industriels et les brevets.

Également dans cette catégorie sont la taxe professionnelle sur les gains résultant de la gestion des entreprises, les professions libérales et les bénéfices des sociétés opérant à l'étranger.

 

Les impôts indirects comprennent:

- Droits de douane: que les droits d'entrée et de sortie.
- La taxe sur le chiffre d'affaires: Organisé par la taxe sur le chiffre d'affaires à l'importation (sur toutes les marchandises importées pour être consommées en RDC) et les taxes sur le chiffre d'affaires qui est tiré des ventes intérieures de fabrication locale pour la la consommation intérieure, la fourniture de services de tout genre dans le pays ainsi que ceux résultant de travaux de construction.

- Impôt sur le chiffre d'affaires à l'exportation des produits suivants: bois, pétrole brut, le café et les produits minéraux.

- Les droits sur la consommation et les taxes d'accise qui ont trait à des produits particuliers. Tabac, les huiles minérales, les boissons alcoolisées, eau embouteillée et des liquides de parfum.

 

Frais administratifs et analogues

Couvrir tous les actes administratifs, domaine public, judiciaires constituent des recettes pour les caisses du Trésor public.

 

L'impôt sur les prélèvements

Les redevances versées pour la fourniture des services fournis par des entreprises publiques telles que:

services de l'aéroport, l'eau, les actions et les primes d'assurance ou des organismes gouvernementaux tels que les fonds de promotion industrielle, les fonds de la promotion culturelle, etc Commission nationale d'énergie.



ACCORDS COMMERCIAUX
Il ya un «accord entre le Gouvernement de la République italienne et le Gouvernement de la République démocratique du Congo sur la promotion et de protection des investissements.

Sont en effet au cours des accords et des traités bilatéraux suivants: Accord de Cotonou; CIRDI (arbitrage facilitée par la Banque mondiale), la Convention de New York sur la reconnaissance et le renforcement de l'arbitrage international.



DROITS DE DOUANE

Les droits ad valorem, calculée sur la valeur CIF des marchandises est fixé par décret et sont les suivants: 5% pour les équipements lourds, des matières premières industrielles et agricoles, 15% de la lecture sur les équipements, pièces de rechange et des biens à usage social; 20% sur les produits qui concurrencent la production locale, mais à des quantités limitées, 30% sur les produits qui sont en concurrence avec la production locale, mais d'offrir adéquat, et des produits de luxe.

La RDC en 1988 a adopté le système harmonisé de classification des marchandises.

La plupart des obstacles aux échanges résultant des réglementations dans le complexe de la RDC, souvent non codés, la prolifération d'organismes administratifs de l'autorité juridique dans les affaires commerciales et leur manque fréquent de professionnalisme et de contrôle. L'application des normes varie selon les pays et subit des modifications discrétionnaires au niveau local.



PROPRIÉTÉ
La propriété privée et reconnue, et c'est une composante essentielle de la liberté économique.

La propriété privée, y compris les droits de propriété industrielle, est entièrement protégé légalement.

Sont reconnus et protégés les droits de propriété sur les immeubles et meubles.

Niveaux ne sont pas reconnus en tant que propriétés du sol pour lesquels le gouvernement offre des concessions durée de 50 ans avec possibilité de renouvellement.

En fait, le système des concessions est le remplacement de la pleine propriété, à la différence que le sol ne peut être utilisé pour garantir les obligations.

AngolaBeninBurundiCameroonGabonKenyaMalawimonzambicoNamibiaCentral-African-RepublicCongo-BrazzavillecongoRwandaSao-Tome-&-PrincipeSudanTanzaniaUgandaZambiaZimbabwe

Registrazione

Il successo del nostro portale ha reso necessaria la creazione di uno spazio risevato ai nostri utenti. Da oggi registrandosi riceverete gratuitamente:

Log in e Password per accedere all'area riservata in piena sicurezza;
News Letter, per ricevere nella casella di posta le notizie più importanti, gli appuntamenti con ItalAfrica, gli Eventi che caratterizzano la nostra attività;
Magazine, per scaricare il periodico di Italafrica;
Faq per domande per chiarimenti generali;
Info e Supporto, per parlare con gli operatori di ItalAfrica centrale.

Registrazione gratuita      e mail2 

Area Utente

Iscriviti alla NewsLetter

Iscriviti alla NewsLetter per rimanere sempre aggiornato sulle ultime notizie dall'Africa
Inserisci la mail di iscrizione per cancellarti dalla Newsletter

We use cookies to improve our website and your experience when using it. Cookies used for the essential operation of the site have already been set. To find out more about the cookies we use and how to delete them, see our privacy policy.

I accept cookies from this site.

EU Cookie Directive Module Information